Traverser la crise … les indicateurs économiques que le CSE doit surveiller



Le contexte actuel a été chamboulé par une crise sanitaire sans précédent, entrainant des difficultés de trésorerie, presque inévitables pour la plupart des société, faute d’une activité "normale".


Après ces chamboulements, il est important que les membres du CSE fassent un bilan des résultats de l’année 2020 et posent des questions sur les premiers chiffres à mi-année. Ainsi, le cadre idéal pour faire cet état des lieux s’inscrit dans la consultation sur la situation économique et financière, permettant d’identifier à la fois les opportunités et les difficultés économiques rencontrées par la société.

Classiquement, les questions devant être posées à l’employeur peuvent être les suivantes :

  • Le niveau de commandes, d’activité, les résultats, la situation de la trésorerie ;

  • Les conséquences de la crise sur les grands baromètres de la société ;

  • Les pertes sont-elles de nature à remettre en cause la pérennité de l’entreprise ou engendre-t-elle une réorganisation ?

  • Quelles mesures ont été engagées pour faire face à la crise (activité partielle, aides aux entreprises ou soutien des actionnaires) ?

  • Des accords ont-ils été négociés avec les représentants du personnel (temps de travail ou rémunération) ?

Plus largement, cette consultation va porter sur le réel en décortiquant ce qui s’est concrètement passé en 2020 (comparativement à 2019 et 2018) mais également sur le budget 2021 et les premiers chiffres de l’année au regard du contexte, toujours difficile.


Quels chiffres doivent susciter un examen plus précis et déclencher la vigilance du CSE ?

Une fois le CSE informé de la consultation, ce dernier doit pouvoir analyser :

  • Les comptes annuels validés par le Commissaire aux comptes, permettant de suivre des indicateurs tels que le chiffre d’affaires, la marge brute, le résultat d’exploitation, le résultat net et la trésorerie;

  • Les indicateurs internes de gestion, tournés vers d’autres données économiques, comme l’EBITDA (bénéfice avant intérêts, impôts et amortissements), un volume de commandes ou tout autre indicateur chiffré correspondant à la réalité de votre activité.

Le budget détaillé 2021, du chiffre d’affaires au résultat opérationnel.


Un premier atterrissage pour 2021 (peut être un trimestre ou un semestre).


A partir de ces éléments, les membres du CSE pourront saisir l’ensemble de la situation et poser des questions factuelles à la Direction, afin de lire en filigrane les futures opportunités ou de potentiels obstacles au redéploiement de l’activité.


Pour pouvoir rendre un avis éclairé et motivé, dépassant un simple « défavorable » ou « favorable », nous ne pouvons qu’encourager les élus à s’adjoindre l’accompagnement d’un Expert-comptable qui, aura non seulement des informations plus détaillées mais qui saura également apprécier la réalité de l’état de santé de l’entreprise.


Si l’incertitude économique pousse la direction à alarmer le CSE sur le coût d’un Expert, n’oubliez pas que seul l’Expert-comptable saura déceler une situation critique, en dehors du fait que ce prétexte est souvent avancé pour ne pas permettre au CSE de jouer pleinement son rôle et avoir accès à l’information et à des analyses indépendantes…


Ainsi en identifiant des indicateurs critiques, en posant des questions précises, le CSE sera à-même d’évaluer les risques économiques et financiers pesant sur leur entreprise et l'emploi, afin d'être entendu sur la stratégie future et les éventuelles mesures de réorganisation.